Réforme du Code électoral : Maurice Kamto fait des suggestions à Paul Biya !

Au Cameroun, des informations relatives à de prochaines réformes dans le code électoral font le tour de la presse locale et des réseaux sociaux.
Par ailleurs, le directeur général des Elections, Erik Essousse, demande aux délégués régionaux d’Elecam, de faire des propositions d’amendements de la loi portant code électoral.
S’invitant au débat, le leader du MRC a tenu à partager ses recommandations relativement à ces réformes en perspective.

Dans une lettre circulaire datée du 19 février 2021, le DG de l’Elecam invite délégués régionaux à faire part de leur suggestions quant aux nouvelles réformes prévues dans le code électoral camerounais.

‘’ J’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir mener une réflexion et de soumettre sous huitaine, vos propositions d’amendements de la loi portant Code électoral au Cameroun ‘’ peut-on lire dans cette note.

 Ayant toujours décrié le code électoral actuel, le pourfendeur du régime s’est prononcé à ce sujet.

Un code électoral moderne


A en croire Maurice Kamto, il n’y a aucune outrecuidance à suggérer que ce texte devrait servir de base à la mise au point consensuel d’un code électoral moderne à jour et à la hauteur de l’option affichée de notre pays pour la démocratie, offrant davantage de garanties pour des élections impartiales, transparentes, sincères et crédibles, et nous permettant de tourner définitivement le dos à la contestation des résultats par les perdants.

« D’aucun verrons dans ces quelques suggestions une incroyable naïveté. J’y exprime ma foi inoxydable dans notre capacité collective à vouloir le meilleur pour notre pays et dans l’idée que les transformations politiques auxquelles le Cameroun ne peut échapper peuvent s’accomplir dans la paix à laquelle nous semblons tous si attachés, épargnant ainsi notre peuple du malheur, de la douleur et du deuil. », estime le président national du MRC.

Pour véritable réforme le code électoral, Maurice Kamto suggère au Chef de l’Etat d’ordonner au gouvernement de remettre sur le métier l’ouvrage du Code électoral avec des instructions fermes sur la manière de procéder pour la réalisation d’un texte consensuel. Ce n’est pas tout.

Comment procéder

Il souhaite qu’on remette un exemplaire du Code à tous les partis politiques légalisés et les acteurs de la société civile travaillant sur les questions politiques, en particulier sur les questions électorales ; recueillir les observations des uns et des autres ; préparer une mouture consolidée ; en discuter dans le cadre d’un forum avec les forces politiques et les autres acteurs susvisés et faire approuver le projet final par les participants ; le soumettre au Chef de l’Etat afin qu’il enclenche la procédure législative pour son adoption.

« Ce projet de modification du Code électoral devrait être précédé ou accompagné d’un projet de loi portant révision de la Constitution en ses dispositions ayant des répercussions sur le Code électoral. Son adoption ne devrait pas être particulièrement difficile dans la mesure où il s’agira d’un texte consensuel et où, en tout état de cause, l’adoption d’un texte de révision constitutionnelle initié par le Président de la République se fait, comme pour un projet de loi ordinaire, à la majorité absolue des membres du Parlement », croit le candidat à l’élection présidentielle de 2018.