Laurent Gbagbo demande la libération des militaires : le gouvernement lui répond !

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly, emmené à réagir après la demande de Laurent Gbagbo, a répondu, sans réserve, à l'ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen, à La Haye. À ce sujet, Amadou Coulibaly a dit ne pas comprendre la récurrence de cette interrogation de l'ancien Président. Selon lui, les faits pour lesquels sont poursuivis les militaires diffèrent des faits pour lesquels Laurent Gbagbo était poursuivi. 

" En ce qui concerne les militaires, il faut rappeler que ces militaires sont poursuivis pour des crimes de sang, assassinats, meurtres, enlèvements, soustractions de cadavres ", a déclaré Amadou Coulibaly.


Puis a poursuivi : " (...) Maintenant, je m'étonne de la récurrence de cette interrogation mais ce que je veux dire, c'est qu'en matière pénale, et M Gbagbo doit le savoir, lui qui a une batterie d'avocats internationaux avec lui, il doit savoir qu'en matière de justice, la responsabilité est personnelle. Ces individus sont poursuivis pour des crimes qu'ils ont commis eux-mêmes. M Gbagbo doit également savoir qu'en matière pénale, l'aveu est la reine des preuves. Est que la récurrence de cette interrogation est une forme d'aveu ? M Gbagbo est-il en train de nous dire que c'est lui qui a donné les instructions ? Si tel est le cas, cela pourrait intéresser la justice parce qu'il ouvre la voie à une autre procédure à partir du moment où l'aveu est la reine des preuves."